Accueil

La France en deuil, la France en guerre

Ce vendredi 13 novembre 2015, au moins 129 personnes ont perdus la vie et plus de 350 ont été blessées dans une série d'attentats odieux commis par des terroristes islamistes et revendiqués par l'Etat islamique. Dans ces cicronstances dramatiques toutes nos pensées vont aux victimes et à leurs proches, victimes de la barbarie et de l'intégrisme. Bien que plusieurs jours se soient déjà écoulés depuis vendredi, notre tristesse est intacte, notre peine est légitime et rien ne peut atténuer notre chagrin. La France est en deuil, dans un deuil national mais aussi dans un deuil présent au coeur de chacun d'entre nous.

Malgré ce deuil nécessaire et légitime, chacun sent que l'union nationale ne fonctionne pas comme à la suite des attentats de même nature commis au mois de janvier. C'est justement parce qu'il y a eu ce précédent que les coeurs ne sont plus à la concorde pacifique. Parce que chacun s'interroge sur ce qui a été fait et surtout sur ce qui n'a pas été fait depuis janvier. Mais aussi parce que le nombre de morts, l'organisation de ces attentats et leur efficacité sont inédits. Les plus hautes autorités de l'Etat ont admises elles-même ce changement de situation en parlant de "guerre". Mais il est regrettable que le président de la République ne nomme pas clairement l'ennemi.

Nous sommes en guerre contre l'Etat islamique, qui est quoi qu'on en pense un Etat avec un territoire, une organisation, une religion et une idéologie mortifère qui en découle. Pour faire la guerre à cet Etat islamique, nous ne pouvons nous contenter de frappes épisodiques et je dirais même que nous ne pouvons nous contenter de frappes aériennes. Une guerre ne se gagne pas sans un engagement complet y compris sur le terrain. Mais cette guerre ne concerne pas que la France. Elle concerne également les peuples d'Irak et de Syrie et au-delà tous les pays qui prétendent maintenir la paix au niveau international. La menace inédite que représente l'Etat islamique nécessite une large coalition entre l'Europe, les Etats-Unis, mais aussi la Russie, Israël, la Chine et d'autre. Si l'Europe en tant qu'institution est incapable de répondre à ce défit, elle signera définitivement sa fin et il sera clair que seul le niveau national est apte à agir. 

Mais nous sommes surtout en guerre sur notre propre territoire, face à une idéologie politico-religieuse mortifère, forte d'au moins plusieurs dizaines de milliers de partisans et de très nombreux soutiens idéologiques partout sur notre territoire.Cette idéologie, c'est l'islam radical et c'est la principale faiblesse du dispositif actuel que de refuser de nommer cet ennemi. Comment ne pas souligner que ce danger n'a cessé d'être dénoncé depuis des années. Il ne s'agit en aucun cas de faire de la récupération, d'ailleurs voilà plusieurs années que nous ne soutenons plus aucun candidat ni parti. Plus personne en France ne peut pourtant nier ce danger. Presque tout le monde a les yeux ouverts sur cette nouvelle menace mais l'absence de prise en compte par nos gouvernants est anxiogène et les français sont inquiets à juste titre. Ces intégristes n'ont pas attendu l'Etat islamique pour commettre des attentats, et ils perdureront après sa disparition si rien n'est fait. 

Le travail de nos forces de l'ordre et de nos forces armées est exemplaire. Il permet de lutter contre le groupe directement responsable des attentats commis vendredi et d'améliorer la sécurité de notre territoire. L'Etat d'urgence est impératif pour accélérer au maximum ces enquêtes et mettre en place les outils nécessaires pendant un temps limité. Il faudrat plus de moyens et de nouvelles règles pour rendre la lutte anti-terroriste plus efficace. Il faudrait aussi avoir le courage de rétablir nos frontières et stopper les entrées non contrôlées sur notre sol devant l'incapacité manifeste de l'Europe à assurer notre sécurité. Il est très regretable que le gouvernement ne prenne pas la pleine mesure de la situation.

Mais la solution ne peut résider dans des situations d'exceptions. Elle ne peut non plus se limiter à des mesures de sécurité renforcé. En réalité, c'est dans nos valeurs républicaines que se trouve la solution. Ce sont la liberté, l'égalité et la fraternité qui nous permettront de nous sortir de cette situation. Mais ces valeurs ne constituent plus qu'un décors de carton-pâte sans le quatrième pilier de notre République : la laïcité. La laïcité a été abandonnée dans les faits, il est temps de lui rendre tout son sens. La loi de 1905 n'a pas été faite pour ouvrir à tour de bras de nouveaux lieux de culte. Il est temps d'appliquer fermement la loi et de cesser de financer indirectement les lieux de culte avec les fonds publics et d'interdire tout financement provenant de l'étranger. Mais il est surtout temps de revenir en arrière sur les centaines de "petites lâchetés", des plus scandaleuse, comme l'autorisation de la torture animale sous prétexte d'abattage "hallal" ; au plus inoffensive en apparence comme la multiplication d'associations "musulmanes". Il est impossible d'être exaustif tellement le travail est important. Chacun devra comprendre et accepter ces changements pour faire parti intégrante de la communauté nationale.

Soutenons notre gouvernement dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Mais exigeons qu'il prenne enfin en compte l'origine réelle de tout cela, qui se trouve ici, en France et en Europe, davantage qu'au Moyen Orient.

je suis charlie

Municipales 2014 : une vague Bleue et Bleue marine !

Marianne

Les élections municipales se sont déroulés les 23 et 30 mars derniers.

Le premier enseignement est le recul attendu de la gauche qui perd des municipalités. Mais malgré ce recul la gauche conserve son leadership dans deux des trois plus grandes villes : Paris et Lyon. La gauche a cependant pris deux villes importantes à la doite : Briançon et Avignon dans le très droitier Vaucluse. Elle conserve une trentaine de villes parmis les plus grandes communes de France.

Du côté de la droite, on constate une nette vague bleue. Même si la droitisation passe mal dans les grandes villes à l'image de Lyon ou Paris, la droite a réussi à emporter plusieurs grandes villes et surtout beaucoup de villes moyennes. La réussite est notable avec la prise de plusieurs villes à la gauche parmis lesquelles : Belfort, Brive la Gaillarde, Saint Dié, Caen, Angers, Amiens, Pau et Valence. Le solde est donc positif. Cependant dans plusieurs villes la droite s'est faite doublée par le Front National.

En plus de la vague bleue, c'est une vague bleue marine qui a eu lieu. Le FN partant de zéro, il est vrai qu'il ne pouvait que progresser. Mais le FN a rempli son pari  en l'emportant dans plusieurs communes, notamment : Béziers, Fréjus et Hénin Beaumont. Le basculement de ces villes est un succès pour le parti d'extrême droite. 

En résumé, la gauche enregistre un échec alors que la droite progresse et que le Front National fait son entrée comme parti de gestion locale.

Intégration : un rapport anti-républicain !

 

Int2gration

En ces temps de repli identitaire de la France, plancher sur l'intégration semble une idée salutaire. Sauf que le rapport remit au Premier Ministre prend à contre-pied les principes de la République et notamment la laïcité. Certaines mesures sont tout simplement ubuesques. D'autres méritent malgré tout d'être approfondies :

-les signes religieux à l'école. La réintroduction des signes religieux, et notamment du voile islamique, à l'école est une très mauvaise idée. D'abord parce que la laïcité à l'école est plébiscité par une très large majorité de français attachés à la laïcité, ensuite parce que le rôle de l'école est de former de futurs citoyens capables de s'émanciper des traditions et déterminismes familiaux. A l'école tous les enfants doivent être sur un pied d'égalité. En revanche pourrait être discuté l'interdiction faite aux mères de familles portant le voile de participer à des sorties scolaires. 

-La révision des programmes d'histoire. Le rapport critique la trop grande place des "hommes blancs et hétérosexuels" dans les manuels d'histoire. On peut certes le regretter mais le problème est que cela correspond en grande partie à une réalité historique. Si la place des femmes et des homosexuels dans l'histoire pourrait être mieux enseignée simplement en leur donnant leur vrai place parfois sous-estimée, celle des minorités se résume principalement aux thèmes de l'esclavage et de la colonisation d'après le rapport. Ces thèmes font déjà partie des programmes d'histoire mais le rapport préconise de les introduire dès l'école primaire. En résumé pourquoi pas faire plus de place à la "diversité" à condition que cela ne soit pas une réécriture de la réalité historique.

-l'apprentissage des langues et histoires "africaines" au collège. Le type même de l'idée purement communautaire et idéologique qui se révélerai contre-productive. C'est l'inverse de l'intégration et du rôle de l'école qui est censé enseigner une culture commune à tous les citoyens. Au final les élèves qui suivraient ces cours, au détriment d'autres enseignements, se verraient davantage défavorisés.

-le caractère "discriminant" de certaines prestations sociales. On est là dans l'aberration la plus totale. Le délai de 5 ans permettant aux étrangers de bénéficier de certaines prestations sociales type RSA serait discriminatoire ? Les rédacteurs n'imaginent donc pas qu'il faille participer un minimum aux recettes du pays avant de prétendre toucher une quelconque aide sociale. Cela n'a rien de discriminatoire. 

-la non-désignation des individus. Pour les rédacteurs du rapport : "désigner c'est assigner et c'est stigmatiser" !!! Les mots ont-ils encore un sens ? Désigner c'est... désigner ! Ni plus ni moins. Je peux constater que mon voisin est noir, blanc, jaune, d'origine algérienne, australienne ou japonaise... sans pour autant le stigmatiser ou le discriminer ! Il y a suffisamment à faire pour lutter contre les discriminations sans inventer de pareils bêtises. 

-la suppression de "l'intégration". Mais bien sûr ! Vous n'y auriez jamais penser mais pour supprimer les problèmes d'intégration il suffit de supprimer le terme "intégration". On pourrait proposer dans le même esprit de supprimer le mot "immigration" pour faire disparaître la xénophobie... 

Si le gouvernement appliquait de telles idées nous pourrions faire l'économie des prochaines élections et confier les clefs directement à Mme Le Pen... pour notre plus grand malheur. Il y a pourtant de quoi faire pour améliorer l'intégration des personnes : apprentissage du français, de l'histoire, défense de la laïcité émancipatrice notamment pour les femmes, lutter contre la ghettoïsation de certains quartiers, lutter réellement contre le racisme et les discriminations et surtout faire appliquer partout de la même manière les lois de la République... 

 

Affaire Léonarda : la mauvaise cause !

L’expulsion de la jeune Léonarda fait la Une des journaux depuis plusieurs jours. D’un côté des lycéens et une partie de la gauche se mobilisent pour demander son retour en France avec sa famille. De l’autre une droite toujours plus extrême trouve que l’on n’en fait jamais assez. Au milieu, une large majorité de français qui se range derrière le ministre de l’intérieur Manuel Valls pour approuver une stricte application de la loi.

Concernant la mobilisation des lycéens et étudiants, il n’y a rien d’étonnant à ce que ces jeunes réagissent à l’expulsion de leurs camarades étrangers. Le problème est que la famille en question est loin d’être un modèle d’intégration… En effet le père de famille était un délinquant, dénoncé pour violence par ses propres enfants. La famille aurait joyeusement saccagé l’appartement dont elle disposait… On ne peut tout de même pas demander à la France de prendre en charge de tels individus et leur expulsion parait donc tout à fait légitime. 

Ce qui choque finalement dans cette affaire, c’est davantage la forme (la jeune fille a été emmenée lors d’une sortie scolaire) que le fond. Le gouvernement semble en avoir pris la mesure en annonçant la fin de ce genre d’opérations.

Au final les français sont légalistes et demandent l’application de la loi. Dans le cas présent la loi ayant été respectée il n’était pas utile que le président de la République revienne sur cette affaire en acceptant le retour de la jeune fille.

 

Une "Charte de la laïcité à l'école" pour aider les enseignants à faire respecter les valeurs républicaines

charte-laicite.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Charte de la laïcité à l'école, dont vous pouvez prendre connaissance ci-dessus, a été présentée par Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale. Cette Charte devrait aider les enseignants à lutter contre les revendications religieuses de plus en plus nombreuses dans les écoles et surtout dans les collèges et lycées. Certains élèves n'hésitant plus à contester les programmes pour des motifs religieux et parfois politiques, il faut que les professeurs aient toute autorité pour enseigner leurs programmes mais aussi qu'ils soient soutenus par leurs établissements et par l'Education nationale.

Les républicains ont-ils un problème avec l’homosexualité ?

hutin4.jpg

Christian Hutin, le député qui sauve l'honneur des républicains.

 

Après des mois de « débats », suivis du vote et de l’application de la loi sur le mariage pour tous, la société se remet doucement de la flambée homophobe, la douceur de l’été aidant. Mais si nous avons défendus depuis le début le mariage pour tous que nous considérons comme une avancée républicaine, le MRC et  Debout la République  n’ont pas soutenu cette loi comme on aurait pu s’y attendre.

 Lors du vote de la loi les quatre députés des partis républicains se sont répartis entre vote pour (Christian Hutin), vote contre (Nicolas Dupont-Aignan) et abstention (Jean-Luc Laurent et Marie-Françoise Bechtel). Au Sénat, Jean-Pierre Chevènement s’est également abstenu. Pour mieux comprendre cette attitude nous avons cherché à comprendre pourquoi les républicains semblent avoir un problème avec l’homosexualité.

 Commençons par celui qui sauve l’honneur de notre famille politique, Christian Hutin, qui a donc voté pour l’égalité des droits. Ces arguments nous semblent les plus pertinents et nous les partageons : « Le mariage n'étant pas un sacrement mais un accord dont la loi apporte la garantie, je souhaite que l'ensemble de nos concitoyens puissent y accéder. Je n'y vois aucun abaissement de la notion de mariage, mais au contraire une volonté d'intégrer les institutions de la République dans un cadre plein et entier. Voilà qui ne peut que réjouir le républicain que je suis. (…)Une autre raison essentielle à mes yeux consiste à "régulariser" de très nombreuses situations de fait. Des dizaines de milliers d'enfants vivent d'ores et déjà dans des ménages composés de parents de même sexe. Il serait d'une particulière légèreté de ne pas prendre en compte ces situations et ne pas y donner une réponse précise et généreuse. »

 Malheureusement il semble que les autres élus républicains ne comprennent en revanche pas grand-chose à la question de l’homosexualité. La position de Mme Bechtel, qui considère que le mariage homosexuel n’est pas « une demande impérieuse du corps social » (les homosexuels ne font donc pas parti du « corps social » du pays ?), nous semble particulièrement lâche. Elle ignore la réalité des individus et des familles homosexuels et épouse nombre d’arguments des adversaires de l’égalité en reprenant l’idée qu’il s’agirait de répondre à des « associations et porte-parole virulent » alors qu’il s’agit de cesser les discriminations et admettre que toutes les orientations sexuelles doivent être traitées de la même manière par la République.

 La position de Jean-Luc Laurent, bien que moins choquante sur le mariage, est totalement incompréhensible sur l’adoption. Le député du Val de Marne livre sa position : « Au mariage, j’aurais préféré une évolution forte du PACS dont le MRC a été à l’initiative en 1999. Ce nouveau PACS aurait assuré la pleine égalité des droits pour tous les couples choisissant cette forme d’union plutôt que le mariage et aurait fait l’objet d’une cérémonie en mairie. » En gros le mariage sans le mot mariage ! Par contre sur l’adoption il précise : « J’aurais voté le mariage si la loi n’avait pas lié de manière indissociable mariage et adoption. » Donc M. le député serait contre l’adoption par les couples homosexuels ? On ne comprend pas vraiment pourquoi puisqu’il poursuit « Je ne doute pas un instant qu’un couple homosexuel élève un enfant avec autant d’amour et de compétence que n’importe quel couple hétérosexuel. Je ne partage aucun des arguments que la droite conservatrice a exprimés tout au long des deux semaines de débat à l’Assemblée. Les préjugés et des discriminations qui frappent encore trop souvent les homosexuels doivent reculer. » Bref du clair obscure d’où l’on retiendra tout de même que pour lutter contre l’homophobie M. Laurent ne trouve rien de mieux que de s’abstenir sur le mariage pour tous et de diaboliser PMA et GPA.

 Concernant Nicolas Dupont-Aignan, le seul à avoir voter contre, l’argumentaire de DLR commence mal en mêlant mariage homosexuel et … légalisation du cannabis… La suite n’est pas mieux puisque le parti reprend les arguments de la droite extrême pour s’opposer à l’adoption par les couples homosexuels au nom de la lutte contre le « droit à l’enfant » et du droit à être élevé par un père et une mère. Vous l’aurez compris DLR reprend à son compte l’intégralité des fantasmes homophobes. L’adoption relèverais donc du « droit à l’enfant »… mais uniquement quand cela concerne les homosexuels bien sûr ! Quant au droit d’être élevé par un père et une mère, il n’existe tout simplement pas car il serait totalement inapplicable : envisagerais-t-on d’obliger les mères célibataires à se marier ? Ou d’obliger les pères biologiques à élever leur enfant avec la mère ? Non, bien sur ! C’est l’argument homophobe par excellence. Ne comptez pas non plus sur le mariage, il faudra vous contenter d’une union civile au rabais, bref vous êtes des sous-citoyens et restez-le. Visiblement DLR est plus à droite que républicain sur cette question.

  Quant à la position de Jean-Pierre Chevènement elle est sans doute la plus décevante pour les républicains sincères. Mélange du mariage avec la PMA et la GPA totalement diabolisées, pseudos arguments anthropologiques et assimilation des droits des homosexuels à « l’individualisme ultralibéral » (les homosexuels seront heureux d’apprendre qu’ils sont tous des ultralibéraux individualistes en puissance). Bref, cela nous fait mal au cœur de le reconnaître mais la position de M. Chevènement est totalement homophobe, anachronique et irrespectueuse des personnes. Elle démontre une méconnaissance totale de la réalité des personnes et des familles homosexuelles.

 Il existe donc bien un malaise certain des républicains vis-à-vis de l’homosexualité. Malaise qui semble reposer sur une ignorance quasi-totale de la réalité de la vie des millions d’homosexuels en France, de leurs demandes et de leur souhait de fonder des familles et d’être reconnus comme les autres, ni plus ni moins.

Ces groupes qui menacent la République

danger.pngLe meurtre du jeune Clément Méric par des membres d'un groupuscule d'extrême-droite nous rappelle que le danger fasciste reste bien présent dans notre société. Exacerbés par le mouvement de la droite dure et de l'extrême droite contre le mariage pour tous depuis de nombreux mois, la libération de la parole intolérante en générale a fait son premier mort. Tour d'horizon de certains groupes parmis les plus dangereux qui menacent notre République.

 

Troisième Voie : le groupe dont est issu le meurtrier de Clément Méric

Le groupe fait actuellement l'objet d'une procédure de dissolution lancée par le gouvernement suite au meurtre du jeune Clément Méric. Fortement nationaliste, xénophobe et antisémite, se disant révolutionnaire, ce groupe a connu de nombreux échanges de personnes notamment vers le GUD (Groupe Union Défense - organisation d'étudiant néo-fascistes) et le Front National. Le groupe s'est fait remarqué pour sa participation agressive et violente aux manifestations contre le mariage pour tous.

 

Les JNR (Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires)

Groupe rattaché à Troisième Voie, il fait également l'objet d'une procédure de dissolution suite au meurtre de Clément Méric. Ce groupe est principalement composé de skinheads néo-nazis. Il est réputé pour sa violence  mais a également été proche du mouvement de jeunesse du Front National (FNJ).

 

Turquie : un vent de liberté

manifturquie.jpgCe qu'il se passe en Turquie depuis quelques jours n'est pas clairement expliqué par les médias audiovisuels. Il ne s'agit pas d'un simple mouvement "écologiste" ou "politique" mais d'une révolte d'une population largement moderne et laïque face à un Etat qui tente d'imposer une loi religieuse, en l'occurence islamiste.

Alors que les offensives anti-laïques se multiplient (et pas uniquement au Moyen-Orient ou en Afrique, comme nous l'avons vu dans le mouvement anti-gay français) le peuple turque, héritier d'une culture laïque, est le premier à se rebeller aussi fortement. Les attaques se sont en effet multipliées : volonté d'imposer une vision conservatrice de la société, limitation des ventes d'alcool (prétenduement interdit par l'islam), tentative d'autoriser le voile islamique dans les universités,...

 

 

All Out lance un grand "OUI à l'égalité"

sans-titre.pngAlors que le vote de la loi instaurant le mariage et l'adoption pour les homosexuels devrait avoir lieu en début de semaine prochaine, l'association internationale de lutte contre l'homophobie All Out lance une campagne de soutien à l'égalité. Dans un climat de plus en plus homophobe (cf. notre article ci-dessous) l'association juge utile de mobiliser tous les partisans de l'égalité pour ne pas laisser la rue et la parole aux seuls homophobes.

Refusant de répondre à la violence par la violence elle invite chacun à partager et afficher le logo "Oui à l'égalité" (ci-dessus) notamment en l'affichant à sa fenêtre ou sur son profil facebook. Forte de sa pétition ayant réuni plus de 325 000 signatures en faveur du mariage pour tous, l'association insiste sur l'importance de se mobiliser ces prochains jours.

A noter également une pétition de All Out contre le financement publique de l'association intégriste "Civitas" que nous invitons tous les républicains à signer.

Pétition pour le mariage pour tous : https://www.allout.org/fr/actions/egalite_maintenant

Pétition contre le financement publique des intégristes de Civitas : https://www.allout.org/fr/actions/stop-civitas

 

La "Manif pour tous" pas homophobe ?

manif-anti-gay.png

La manifestation anti mariage gay de ce dimanche 24 mars 2013 a été marquée par une radicalisation confirmée depuis par les attaques physiques contre la Garde des Sceaux Mme Taubira et le député M. Binet. La chef de file des anti-mariage gay, Frigide Barjot, répète à qui veut l'entendre que l'on peut être contre le mariage gay sans être homophobe. Nous avons donc décidé de rechercher la nature de ce mouvement : alors homophobes ou non ?

Tout d'abord nous sommes allez voir sur le site de la Manif pour tous. Très honnêtement nous nous attendions à y trouver des textes en ligne avec les discours de Frigide Barjot. En gros : "nous sommes contre le mariage gay mais aussi contre l'homophobie". Surprise il n'y a rien de tel. Au mieux on peut y lire au milieu d'une succession de platitudes infondées que la mobilisation doit se faire"sans homophobie". Ouf l'honneur est sauf.

Nous sommes ensuite allé voir de l'autre côté. Nous avons choisi de rechercher l'avis de "SOS Homophobie". L'association explique en quoi être contre le mariage pour tous est fondé sur l'homophobie : " La source ultime de l'homophobie est à rechercher dans une conception hiérarchisée des orientations sexuelles et des identités de genre. Considérer que les couples homo et hétéro ne doivent pas être traités de façon égale est une reconnaissance implicite de cette hiérarchie." L'association souligne également que "le "débat" sur le mariage a libéré la parole homophobe, et que cela a créé des violences psychologiques sans précédent pour toutes les personnes lesbiennes, gays, bi, trans".

Voyons maintenant la réalité derrière les discours. Les témoignages abondent. Une jeune artiste voyageant à bord d'un TGV Paris-Lyon ce fameux dimanche a eu la joie d'entendre des propos homophobes et d'être prise a partie quand les manifestants qui voyageaient à bord de ce train on eu connaissance de son homosexualité. Il faut dire que la SNCF leur avait ouvert la voie en indiquant comme destination de ce train "Manif pour tous" (oui oui c'est vrai nous n'inventons pas). Lors des manifestations on a également pu entendre de charmants discours : "L"homosexualité est une abomination", "les homosexuels font du mal aux enfants, ce sont des malades", "je n'ai rien contre les homosexuels mais ils doivent assumer leur choix de vie",... Bref dans les troupes de la Manif pour tous on ne cherche même plus à donner le change, on assume son homophobie.

Pour finir internet permet également de juger de la nature de ce mouvement anti mariage gay. Sur le site La Manif pour tous n'est pas homophobe mais... les internautes rescenssent les nombreux messages des anti mariage gay. Nous vous laissons vous faire votre propre opinion.

Pour conclure les choses sont claire : l'opposition au mariage gay est bien homophobe.

 

"L'Amour et la loi" de Caroline Mécary

1393859.jpg"En 2004, Noël Mamère marie deux hommes dans la commune de Bègles. La France s'embrase pour cette affaire. Aujourd'hui, la question de l'ouverture du mariage civil aux homosexuels et celle de leur droit à fonder une famille est l'un des principaux sujets débattu au Parlement et dans l'ensemble de la société. À cette occasion, Alma publie Au nom de l'égalité, un essai extrêmement clair et précis relatant quinze ans de combat mené au nom de l'égalité de traitement des citoyens devant la loi. Un récit passionnant où l'on découvre, très concrètement, l'histoire d'hommes gays et de femmes lesbiennes désirant vivre comme les autres. L'histoire aussi de ceux qui, dans les cours de justice, prennent les décisions.

Loin d'être réservée à la seule communauté homosexuelle, la question du mariage et de la parenté met en cause le modèle actuel de la famille. Il est temps, nous dit Caroline Mécary, d'en finir avec un modèle unique (homme, femme, accouchement, et/ou adoption) qui discrimine toute une frange de la population. Il est temps aussi de légiférer sur la question de la gestion pour autrui qui concerne l'ensemble de la société."

 

Notre avis : Un excellent ouvrage pour comprendre les évolutions juridiques actuelles en faveur des homosexuels. Caroline Mécary qui est avocate et élue Europe Ecologie a suivi depuis longtemps ces problématiques. Un livre qui permet de se faire une idée sur la complexité des situations existantes et de réfléchir loin des imprécations religieuses et des amalgames douteux.

 

Mariage pour tous : une avancée républicaine.

images.jpg

Nous sommes les premiers à critiquer le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, notamment lorsqu'il augmente massivement les impôts. Pourtant nous tenons à saluer et à encourager le gouvernement dans sa volonté d'ouvrir de nouveaux droits aux françaises et aux français : le mariage pour tous fait partie de ces réformes.

Tout d'abord il est important de rappeler qu'il s'agit ici de droits civils. Cela ne concerne donc absolument pas les religions qui conservent leurs pleins pouvoirs pour organiser les mariages religieux comme bon leur semblent. Mais cette loi permettrais notamment aux homosexuels d'être pleinement reconnus et intégrés dans la société et de bénéficier des mêmes droits que tous notamment au niveau fiscal et social.

Nous prendrons ici un exemple qui concerne une des périodes les plus difficiles : le décès du conjoint. L'absence de retraite de réversion et de statut de conjoint survivant représente une inégalité inacceptable pour des couples ayant passé des années ensemble. Un conjoint peut se retrouver absolument sans rien au décès de son conjoint, même si le pacs a permis quelques avancés à conditions de mettre en place des stratégies particulières.

La question des enfants est sans doute celle qui divise le plus notre société. La question posée, principalement par les opposants à cette réforme, est de savoir si un enfant doit être élevé par un père et une mère ou si on peut autoriser, via l'adoption, un enfant à être élevé par deux femmes ou deux hommes. Mais cette question est en réalité purement formelle car les couples de même sexe élèvent déjà des enfants. La question est donc plutôt de savoir quel est l’intérêt de l'enfant ?

Il nous semble que l'intérêt de l'enfant est de bénéficier d'une stabilité émotionnelle mais également d'une sécurité juridique passant notamment par la possibilité d'être reconnu comme l'enfant du couple qui l'élève. La République n'a pas à céder devant les religions et l'égalité de tous est un des fondement de notre société.

Si vous souhaitez défendre le mariage pour tous, nous vous invitons à signer la pétition : www.allout.org/fr/egalite_maintenant

 

Mariage pour tous : nouvelle déferlante homophobe prévue ce dimanche

 63707-391291277612096-781423227-n.png

« Homophobes de tout acabit : unissez-vous ! » Ce pourrait être le slogan de la manifestation homophobe prévue ce dimanche dans toute la France. Car il ne s’agit plus tant de s’opposer au projet de loi sur le mariage pour tous que d’exprimer l’opinion rétrograde des religieux et réactionnaires de tous poils sur l’homosexualité. Des amalgames douteux aux opinions religieuses, de Bernadette Chirac qui nous parle de sacrement là où il est question de droits civils, le débat a clairement dérapé.

 Ce dimanche les choses sont claires : on retrouvera côte à côte tout ce que la France compte d’homophobes : de la frange « dure » de l’UMP au Front National, des représentants musulmans au intégristes catholiques de Civitas et même des groupes de pseudos-homosexuels défilants …  contre les droits des gays ! Tout cela ne fera qu’accentuer le climat de guerre civil sur le sujet et fera  se sentir encore plus mal les homosexuels pris en otages par ses dangereux personnages.

 Pourtant les raisons d’être optimistes sont là. La lutte pour l’égalité a repris des couleurs depuis le grand rassemblement de 150 000 manifestants pour le mariage pour tous du 16 décembre dernier qui a rassemblé au moins autant que celle des opposants.

 De plus le gouvernement semble pour une fois faire preuve de fermeté. Il est vrai qu’il a tout à perdre à reculer sur un sujet qui fédère une large majorité de français et qui faisait partie des promesses de campagne de François Hollande. De grandes voix commencent à s’élever pour défendre la réforme. Le grand professeur Israël Nisand rappelait dans Marianne que les homosexuels « ne choisissent jamais de l’être » et que par conséquent les inégalités n’étaient pas justifiées. L’anthropologue Françoise Héritier, la psychanalyste Clotilde Leguil et de nombreux intellectuels soulignent que l’orientation sexuelle n’a rien à voir avec la capacité à élever un enfant.

 Après la manifestation de ce jour, les partisans des libertés se réuniront à nouveau le 27 janvier 2013. Une manifestation qui devrait mobiliser encore davantage que celle du mois de décembre.

 

 

Charlie Hebdo "La vie de Mahomet" : le gouvernement manque de fermeté face à l'islamisme

charlie-hebdo.jpgL'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo sort un numéro hors-série "La vie de Mahomet" et c'est à nouveau l'occasion pour notre gouvernement de montrer sa coupable faiblesse vis à vis des extrémistes musulmans. Alors que des responsables musulmans critiquent déjà cette publication, la porte-parole du gouvernement se contente de demander un "juste équilibre" précisant que l'hebdomadaire jette de l'huile sur le feu.

 

Nicolas Dupont-Aignan remet à François Hollande les recommandations de DLR pour un renouveau démocratique

 

image-nda-hollande.jpg"Ce matin Nicolas Dupont-Aignan a été reçu à l’Élysée par François Hollande. En tant que Président de Debout la République, il était consulté sur les conclusions du rapport de la Commission Jospin de rénovation et de déontologie de la vie publique. Pour cet entretien, il était accompagné de Jean-Pierre Enjalbert, maire et conseiller général de Saint-Prix, et porte-parole de DLR.

Pendant cette rencontre, Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Pierre Enjalbert ont insisté sur la cause majeure du désaveu des Français à l’égard de la classe politique : l’impuissance des pouvoirs publics. A force d’affaiblir le pouvoir de l’Etat et de transférer toujours plus de compétences à des autorités non-élues, notamment à la Commission européenne à Bruxelles, les Français ont fini par comprendre que les élus de la Nation n’avaient plus aucune prise sur les événements et ne pouvaient donc plus résoudre concrètement et efficacement leurs problèmes. L’origine du déficit démocratique vient de là.

A quoi sert la démocratie si les élus sont impuissants ? Pour espérer un renouveau démocratique, c’est d’abord à cette question que la Commission Jospin aurait dû répondre.

Par ailleurs Nicolas Dupont-Aignan s'est prononcé contre la règle de non-cumul des mandats. Debout la République est très attaché à la possibilité pour un parlementaire d’avoir aussi un mandat local. C’est une garantie d’indépendance et de proximité avec les Français. En revanche il recommande la fin du cumul des rémunérations afin de n’entretenir aucun soupçon sur la probité des élus de la Nation.

A l'issue de cette entrevue, Nicolas Dupont-Aignan a remis un mémorandum approuvé par le Bureau national du parti. Ce mémorandum retient 6 piliers pour un vrai renouveau démocratique :

  1. Garantir l’anonymat des parrainages d’élus pour l’élection présidentielle
  2. Conserver l’égalité du temps de parole pendant la campagne présidentielle et tendre vers une plus grande équité des temps de parole hors campagne électorale
  3. Instaurer une dose de proportionnelle à hauteur de 10% des sièges pour les élections législatives
  4. Interdire le cumul des rémunérations d’un mandat local et d’un mandat de parlementaire
  5. Rendre obligatoire le référendum pour tout transfert de souveraineté et notamment pour la ratification des traités européens
  6. Rapatrier le pouvoir des autorités non-élues, comme la Commission européenne au niveau du Parlement français et interdire les ordonnances pour la transposition en droit interne de la réglementation communautaire

C'est en appliquant ces règles que la démocratie sera une réalité et que les Français retrouveront confiance dans les politiques."

Ce texte est extrait du site internet de Debout la République

Les féministes agressées lors des manifestations homophobes "contre l'homofolie"

Les homosexuels sont-ils scandaleusement favorisés ? C'est ce que prétendent les manifestants de ce dimanche 18 novembre 2012 contre "l'homofolie", en contradiction avec toutes les études réalisées. Plus souvent agressés, discriminés dans l'emploi et parfois rejetés au sein même de leurs familles, quel courage de venir lutter contre les gays !

En réalité, de l'homophobie des quelques intégristes présents nous ne vous aurions même pas parlé, pour ne pas leur faire de publicité, s'ils n'avaient ajouté à la bêtise, la violence. Car non contents de combattre le mariage pour tous à coup de slogans homophobes, ces courageux ont frappé les féministes de la Femen sous l'œil des caméras.

 

 

 

Vous pouvez également retrouver le témoignage de la journaliste Caroline Fourest :

http://www.programme-tv.net/news/tv/36458-journaliste-caroline-fourest-coups-mariage-gay/

 

Pour défendre le mariage pour tous, signer les pétitions :

http://www.allout.org/fr/egalite_maintenant

http://petition.lesinrocks.com/

Les responsables musulmans n'aiment guère la liberté d'expression

charlie-hebdo-charb-mahomet-pute-de-9-ans.jpg

Les caricatures (ou plutôt les dessins humoristiques) de Charlie hebdo ont soulevé le mécontentement des représentants musulmans, toujours aussi prompts à contester la liberté d'expression pourtant acceptée par les autres religions. Mais l'islamisme est une idéologie politico-religieuse qui ne saurait se contenter de rester dans la sphère privée. Au contraire, elle souhaite dicter sa loi à toute la société et c'est cela le danger que représente l'islam radical pour la France.

 

 

 

Législatives 2012 : le bilan

 

montage-le-pen-guaino-royal-ayrault-jpg-scalewidth-630.jpg

Avec 341 élus sur 577 la gauche détient donc la majorité à l’Assemblée nationale. Le MRC comptera 3 députés : Jean Luc Laurent et Marie-Françoise Bechtel rejoignent Christian Hutin. Ils ne devraient pas peser bien lourd dans la nouvelle majorité. A noter également la réélection sans difficulté de Nicolas Dupont-Aignan dans l’Essonne. Globalement l’UMP recule fortement avec de nombreux députés sortants battus. Le Rassemblement Bleu Marine gagne 2 députés dans le Sud-Est de la France.

Le temps des réalités est maintenant venu et déjà le ton a changé du côté du gouvernement. Il manquerait finalement  30 milliards d’euros pour ramener le déficit à 3% du PIB en 2013. Les annonces ont démarré dès la nouvelle assemblée élue : taxation des successions sur les petits patrimoines, hausse probable de 10% des prix du gaz, hausse des cotisations sociales sur les salaires,… Et ce n’est probablement qu’un début.

Le laxisme signe également son grand retour. Les attaques d'intégristes dans le Sud de la France sont systématiquement minimisées. La responsabilité des juges est automatiquement écartée. Le règne de l’excuse est de retour. Michel Rocard invite même le gouvernement à faire des économies en supprimant la dissuasion nucléaire. Qui peut croire que 60 millions de français pèseront encore dans un monde de 7 milliards d’humains sans atouts particuliers. La liberté n’a pas de prix.

Le temps est donc venu de subir et les français l’on bien comprit. Depuis le mois de mars, l’activité est atone. Les consommateurs ne consomment plus, les entreprises ne tournent plus ! Et la gauche prévoit de les taxer davantage. Rien de bon ne sortira de cette politique.

Législatives 2012 : les candidats républicains

 

Comme promis vous trouverez dans notre rubrique législatives 2012 (dans la colonne de gauche) la liste de tous les candidats de Debout la République (DLR) et du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC). Nous présentons cette liste région par région afin d'en faciliter la consultation. Nous vous invitons bien sur à voter et à faire voter pour les candidats que nous soutenons.

Les 10 et 17 juin, mobilisons nous !

 

  

François Hollande élu, la France entre espoir et inquiétude

Vous le savez, c’est François Hollande qui sera le président de la République pendant les cinq années à venir. Avec 51.6% des suffrages exprimés, il l’a emporté sur Nicolas Sarkozy.

Cette élection suscite une espérance parmi les électeurs de gauche, François Hollande ayant beaucoup promis. C’est maintenant l’impact avec la réalité qui va avoir lieu. Beaucoup sont inquiets du chemin qui va être pris. Même si nous prenons acte de la victoire démocratique de M. Hollande, nous maintenons bien sur nos inquiétudes exprimées entre les deux tours notamment.

Avant de partir pour 5 ans de gouvernance il reste une étape cruciale : les élections législatives des 10 et 17 juin prochain. Nous vous tiendrons bien sur informés des candidatures des mouvements républicains.

 

 

 
 
Patrick Lozés : un candidat "anti-blanc" ?
raciste-anti-blanc.png

Vous pensiez que le racisme anti-blanc n’était qu’une invention des nervis néonazis ! Le candidat de la "communauté noire" à l’élection présidentielle nous prouve le contraire avec une affiche de très mauvais goût appelant à ne pas « votez blanc ». Bien sûr il s’agirait du vote « blanc et nul » et non du fait de voter pour un blanc. Il est pourtant difficile de lire autrement cette affiche qu’en un appel flagrant au communautarisme de la part de cet homme soutenu par le CRAN, qui prône la « fierté noire », sous-entendu leur supériorité. Imaginez un instant le tôlé provoqué par un candidat qui proclamerait « Ne votez pas noir » ! Pourtant ses affiches placardées dans les rues n’ont provoquées aucune réaction des responsables politiques !

 
 
La République menacée
Développement de l’islamisme radical en France, retour des fondamentalistes musulmans en Afrique du Nord, hausse de l’immigration originaire des pays islamiques… Malgré les critiques que certains nous feront, nous exprimons notre inquiétude face à la menace que fait peser l’islam sur notre République.
 Des prières de rues dans de nombreuses rues de France, la multiplication des mosquées, l’interdiction du porc dans les cantines, l’influence grandissante du « halal » qui s’impose dans nos assiettes, de plus en plus de femmes portant le voile islamique,… Les signes d’agression de l’islam envers la République sont aujourd’hui visibles aux yeux de tous. Au lieu de défendre les valeurs de la République et notamment la laïcité, les responsables politiques favorisent la construction des mosquées par des baux emphytéotiques (bail de très longue durée pour un prix symbolique) et des subventions aux activités « culturelles » ; ils retirent le porc des cantines scolaires et favorisent le développement du « halal » pour des raisons pseudo-économiques.
 Les « révolutions » du monde arabe apportent de nouvelles inquiétudes aux républicains que nous sommes. En effet, les partis islamistes semblent les mieux placés dans ces pays pour reprendre le pouvoir à moyen terme. De plus un afflux d’immigration en provenance de ces pays risque de renforcer davantage la menace islamiste qui pèse sur notre République.
 Ces menaces ne sont pas des vues de l’esprit. Les chiffres parlent d’eux même. D’après le journal Le Monde il y aurait 5 millions d’arabophones en France. D’après les chiffres du ministère de l’Intérieur près de 200 000 (198 604) immigrés légaux sont entrés en France en 2010, soit une hausse de 13,2% par rapport à 2009. A cela il faut ajouter l’immigration clandestine, par définition impossible à déterminer, mais qui concernerait plusieurs dizaines ou centaines de milliers de personnes chaque année.
 La République est submergée et l’intégration est définitivement abandonnée au profit d’une approche communautariste. Cela les républicains ne peuvent pas l’accepter.
Pour faire passer la pilule les naturalisations se multiplient : 116 610 en 2010, soit une hausse de 7,8% par rapport à 2009, et environ 25 000 clandestins ont été régularisés.
 Pire ces mouvements semblent s’accélérés grandement en janvier 2011 avec 23 504 titres délivrés en janvier 2011 (+42,1% par rapport à janvier 2010) et 13 337 naturalisations (+19,4%).
 C’est dans ce souci de défendre les valeurs de notre République que nous publierons dans quelques jours, comme à notre habitude, la liste des candidats républicains pour les élections cantonales du 20 mars 2011.
 
 
La France à l'envers
 
M. René Galinier, paisible retraité de l’Hérault, s’est vu réveillé pendant sa sieste par deux cambrioleuses. Surpris et effrayé, il a tiré sur les deux délinquantes et les à blesser. Malgré l’état de légitime défense manifeste, M. Galinier a été jeté en prison et la justice a refusé de le remettre en liberté alors qu’il ne représente aucun danger pour la société.
 
Cette affaire est scandaleuse. Elle remet en cause le droit des citoyens à se défendre chez eux c ontre des agresseurs.  Des millions d’agressions ont lieu chaque année par des délinquants et la seule réponse de notre société est d’enfermer les agressés qui ont le tort de se défendre !
 
Comme nombre de nos concitoyens, et dont la plupart ne sont pas d'extrême droite contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire, nous exigeons la libération immédiate de René Galinier et la reconnaissance de l’état de légitime défense ! 
 
 

 
 
 
Le MRC se retire de la commission sur les primaires à gauche
Dépêche AFP, mardi 30 mars 2010, 13h51.
 
Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a annoncé mardi que son parti se retirait de la commission sur les primaires de la gauche pour 2012, du fait de "maltraitances" dont le MRC a fait l'objet aux régionales et de "différences de fond".

Le Conseil national (CN) du MRC, réuni dimanche, a décidé de mettre le parti "en retrait de la commission pour préparer les primaires", a déclaré à l'AFP M. Chevènement.

"Les maltraitances dont nous avons fait l'objet aux régionales" et "des différences de fond" font que "nous ne pouvons pas nous engager dans un processus qui nous étoufferait", a-t-il ajouté.

Dans une lettre à Martine Aubry, le sénateur de Belfort déplore que l'accord conclu le 10 février dans 14 régions avec la patronne du PS, "n'a pas été respecté dans la moitié des régions".

"Quinze de nos candidats ont été retirés. Nous avons été privés de neuf élus" alors que l'accord "spécifiait que les 26 candidats du MRC figureraient 'en position éligible et inamovible pour les premier et second tours'", poursuit-il, estimant que "ce non-respect de la parole donnée ne crée pas les conditions d'une confiance élémentaire entre partenaires d'un même combat".

Au total, 19 conseillers régionaux MRC (contre 15 en 2004) ont été élus en mars, dont 17 grâce à des accords avec le PS, selon M. Chevènement.

De plus, le MRC a "le sentiment que le Parti socialiste n'a pas tiré les enseignements de ses échecs passés : aucune remise en cause d'une construction européenne irréaliste, antisociale et 'caporalisante'", "rien sur la politique de change asphyxiante de la BCE" (Banque centrale européenne, ndlr).

"Il est certes nécessaire de s'en prendre à la politique fiscale de la majorité actuelle en France mais c'est une vue totalement insuffisante des choses", écrit-il.

Dans ce contexte, le CN du MRC a décidé de soumettre à son Congrès des 26 et 27 juin à Paris, un "programme de salut public" sur "la base d'un projet clair, à la hauteur des défis".

En février dernier, Martine Aubry qualifiait de "première pierre de la maison commune" en vue de 2012, l'accord national PS-PRG-MRC pour les régionales de mars.

 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
Nicolas Dupont-Aignan candidat en Ile de France
 

Comptaschool Cours particuliers de comptabilité, contrôle de gestion et gestion financière ! http://www.comptaschool.fr

référencement gratuit 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×