Appel à la mobilisation générale

Appel à la mobilisation générale

Appel à la mobilisation générale 

Protégeons la France, votons Nicolas Sarkozy !

Le 22 avril nous avons été nombreux à voter pour des candidats qui ne sont pas présents au second tour, à voter blanc ou à nous abstenir. Nous avions choisis de soutenir Marine Le Pen, beaucoup ont voté pour François Bayrou, d’autres pour Nicolas Dupont-Aignan, d’autres encore pour des candidats de gauche ou se sont abstenus. Beaucoup, comme nous, n’ont pas choisi Nicolas Sarkozy car son quinquennat n’a pas répondu à toutes nos attentes en termes de pouvoir d’achat, de fiscalité, d’insécurité ou encore de lutte contre le communautarisme.

Mais dimanche le choix se fera entre les deux candidats présents au second tour. La responsabilité des citoyens et plus encore des républicains que nous sommes, nous oblige à faire un choix. Nous ne pratiquons pas6 la politique du pire et nous avons donc pris la peine de comparer et de choisir le candidat qui nous semble le plus à même d’amener la France à bon port au bout des cinq années à venir.

Au court des cinq dernières années nous avons connu une crise économique et financière sans précédent depuis la seconde guerre mondiale. Grâce aux sacrifices que nous avons consentis la France a été moins touchée que l’ensemble des pays développés et que la zone euro. La récession a été moins forte, et les décisions budgétaires, bien que difficiles, permettront à la France de retrouver un déficit inférieur à 3% dès 2013 et l’équilibre à l’horizon 2016.

En ne prévoyant aucune dépense extravagante et en programmant une réduction des dépenses, Nicolas Sarkozy fait le choix de la stabilité budgétaire et de la hausse des impôts la plus faible possible. A l’inverse François Hollande prévoit de nombreuses dépenses dont l’utilité, dans la situation actuelle, nous semble douteuse : hausses des allocations d’assistances, 60 000 fonctionnaires en plus dans l’Education Nationale, plusieurs dizaines de milliers « d’emplois jeunes » financés par l’Etat, des exonérations de charges totales sur les « contrats de générations » qui ne peuvent profiter qu’aux grandes entreprises qui n’en ont pas besoin. Pour financer tout cela, c’est le pouvoir d’achat des français qui sera amputé puisque les dépenses de l’Etat ne seront pas diminuées et que François Hollande a annoncé 40 milliards d’impôts supplémentaires et une hausse des charges sociales salariales et patronales.

Ne rêvez pas ! Ces 40 milliards d’euros ne pourront pas être payés par une poignée de riches, tous les français paieront. La hausse des impôts et des charges ne suffira pas à compenser les dépenses : on ne pourra pas tondre un œuf ! Le taux de prélèvement étant déjà de 45% les marges de manœuvre sont très faibles, au-delà de 50% les hausses d’impôts deviennent contre-productives. La dégradation des finances publiques est inscrite dans le programme de M. Hollande. Dans le monde d’aujourd’hui vous devez savoir ce que cela signifie : c’est se retrouver dans la situation de l’Espagne voir de la Grèce ; c’est amputé les retraites et diminuer les salaires des fonctionnaires, c’est diminuer voir supprimer les aides aux français les plus fragiles.

A ce contexte de crise économique s’ajoute une crise culturelle qui traverse la France. Le choix est simple : voulons-nous d’une société multiculturelle. La réponse d’un républicain ne peut être que Non ! Et trois fois Non ! C’est pourquoi nous refusons le droit de vote des étrangers qui entrainerait l’élection  d’islamistes à Paris, Lyon, Marseille, dans les banlieues et même en province ! Nous pensons que la France ne peut plus accueillir des centaines de milliers d’étrangers chaque année pour les entasser dans des bidonvilles ou des quartiers devenus des zones de non-droits. L’immigration ouverte de M. Hollande rendra cette situation encore plus difficile.

Le choix doit être fait entre un président sortant qui, malgré ses faiblesses, a su faire face à la crise et propose un programme raisonnable et un candidat de gauche qui sous la pression d’alliés verts propose la fermeture des centrales nucléaires créant des milliers de chômeurs et sous la pression des communistes multiplie les promesses d’embauches de fonctionnaires.

Le choix doit se faire entre un président qui protégera la France et un président qui promet beaucoup mais mènera le pays à la faillite.

Pour la France, votons Nicolas Sarkozy !

 

Le journal des républicains

(http://lejournaldesrepublicains.e-monsite.com)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Comptaschool Cours particuliers de comptabilité, contrôle de gestion et gestion financière ! http://www.comptaschool.fr

référencement gratuit 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site