Nicolas Dupont-Aignan dénonce la "rupture" avec la démocratie

Accord de Lisbonne : une rupture avec la démocratie française !

Le 19 octobre 2007

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’accord de Lisbonne sur le « traité européen modificatif » est une triste nouvelle pour la France et l’Europe, car il bafoue le vote de la France et des Pays-Bas de 2005.

En effet, ce texte est la copie quasi conforme de la Constitution Giscard, sous une forme différente. C’est pourquoi le porte-parole de l’Elysée ne peut en aucun cas invoquer le vote des Français à l’élection présidentielle pour balayer d’un revers de la main un nouveau référendum.

Tout au contraire, après avoir constaté lors du duel de second tour avec Ségolène Royal que la « Constitution européenne est morte », Nicolas Sarkozy s’est empressé de ressusciter 90% de son contenu, cédant sans contrepartie à la pression de nos voisins et de la Commission de Bruxelles.

A partir du moment où il s’agit à peu près du même texte, seuls les Français peuvent éventuellement revenir sur leur décision de 2005. Jamais dans notre histoire récente, un président de la République française n’a osé faire voter par le Parlement un traité de cette importance précédemment rejeté par référendum. Et pour cause, cela reviendrait à un quasi coup d’Etat !

Nos concitoyens ne seront pas dupes de cette véritable rupture avec la démocratie française ! J’appelle les 16 millions d’électeurs qui ont voté non le 29 mai 2005 mais aussi tous les amoureux de la démocratie à se mobiliser pour faire pression sur le président de la République et l’obliger à organiser un nouveau référendum.

Nicolas DUPONT-AIGNAN Député non-inscrit de l’Essonne Président de Debout la République

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. martin 12/03/2009

Bonjour
J'aimearis savoir quelle est votre position sur la future taxe de justice prevue par les tarites europeens, et deja en vigueru au Portugal de Mr >Barroso , preseidet de la commission europeene.
Au titre de cette taxe chaque justiciable, meme si defendeur, doit s'acquiter de cette taxe sous peine de voir le pliagnat obtenir gain de cause.
Curieusement ce retour au moyen age est passé sous silence par tous le monde, alors qu'il represent le degre zero de l'Etat, qui se limitera alors a encaise les ammendes.
Voir "taxa da justiça" sur site du parlement potugais , signé de la main de Mr Barroso
Salutations
Martin

2. Le journal des républicains (site web) 29/03/2009

Bonjour,

tout d'abord toute mes excuses pour e délai de réponse mais je n'ai pas toujours beaucoup de disponibilités.

Je suis bien entendu tout à fait opposer à cette nouvelle taxe dont il n'est en effet pas fait publicité par les médias. Je n'ai pas trouvé d'information sur cette taxe et ne comprenant pas le portugais le site que vous m'avait indiqué ne peux m'éclairer.

Cependant selon vos indicatio, il serait en effet totalement anti-démocratique et injuste de donner gain de cause à l'un sous prétexte que l'autre n'aurait pas payé sa taxe.
Je suis par ailleurs plutot opposé à la création d'impôt communautaires qui ne font que s'ajouter à ceux existant sans aucune utilité pour les citoyens.

N'hésitez pas à me donner davantage de renseignement,

Bien cordialement,

Olivier

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Comptaschool Cours particuliers de comptabilité, contrôle de gestion et gestion financière ! http://www.comptaschool.fr

référencement gratuit 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×